L’histoire (pas très culottée) des toilettes publiques !

L’histoire (pas très culottée) des toilettes publiques !

L’histoire (pas très culottée) des toilettes publiques !

Sacrée histoire que celle de l’apparition des toilettes publiques ! Sujet souvent moqué, les toilettes publiques restent un besoin et un droit social indispensable en milieu urbain. Nous vous partageons aujourd’hui leur histoire, de leur création par l’empereur romain Vespasien jusqu’à l’apparition des urinoirs pour femmes de nos jours.

Un impôt sur l’urine, vraiment ?!

L’histoire des toilettes publiques débutent au premier siècle après J-C, à Rome, où l’empereur Vespasien, père de Titus, décide d’établir un impôt sur l’urine. Cet impôt prête à rire mais il s’avère très prolifique puisque l’urine est, à l’époque, utilisée par les travailleurs du textile pour les propriétés nettoyantes de l’ammoniaque qu’elle contient. Vespasien met donc en place ce qui peut être considéré comme les prémices des toilettes publiques. Des récipients étaient placés dans les rues de Rome pour que les travailleurs du textile puissent venir récolter l’urine lorsque les passants les auraient remplis.

"Pecunia non olet" (L'argent n'a pas d'odeur")

Des barils d’aisance aux colonnes de Rambuteau

En France, jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, il est tout à fait coutume de se soulager n’importe où en extérieur. Cependant, à la fin des années 1700, un édit interdit formellement « de par le Roy » ces pratiques, ce qui complique fortement la vie des Français !
Antoine de Sartine, lieutenant général de la police, décide alors de faire installer des barils d’aisance dans les rues de Paris pour permettre aux passants de se soulager. L’urine étant toujours considérée comme une source de revenu, cette fois-ci pour le phosphate qu’elle contient (source d’engrais naturelle), ce fut alors le début de la course à l’innovation.

En 1800, deux types de réflexions se dessinent :

  • L’urine doit être recueillie car elle est source de revenus.
  • Les passants doivent pouvoir se soulager d’une urgence sans risquer d’amende.

Ce n’est qu’en 1834 qu’apparaissent les premières toilettes publiques grâce au comte de Rambuteau (prédécesseur de George Haussmann au poste de préfet de la Seine).

A la suite d’une épidémie de Choléra qui a ravagé le pays, l’hygiène devient un enjeu de taille pour limiter la prolifération des bactéries et des maladies. Le comte installe donc les premières toilettes publiques dans les boulevards de Paris. Les colonnes de Rambuteau, pissotières individuelles, ont ainsi pour but de doter la ville lumière de lieu d’aisance plus hygiéniques.

L’apparition des vespasiennes parisiennes

Ce n’est qu’à la fin du XIXe siècle que les Vespasiennes parisiennes voient le jour (cf empereur Vespasien dont on parle ci-dessus). Ces petits chalets « de nécessité » permettent enfin aux femmes de pouvoir se soulager ailleurs qu’à leur domicile. Dans les années 60, les vespasiennes deviennent un lieu de rencontre homosexuelles où les hommes aspirant à de nouvelles relations se plaisent à s’y éterniser. Cependant, ces relations homosexuelles sont mal perçues et entachent la réputation des vespasiennes. L’Assemblée Nationale décide donc de les démolir.

Petit à petit les vespasiennes disparaissent des rues parisiennes et laissent place vingt ans plus tard, à la première pissotière JC Decaux, aujourd’hui leader mondial du mobilier urbain.

Et les femmes dans tout ça ?

Avec cette courte rétrospective de l’histoire des toilettes publiques, on se rend facilement compte que celles-ci n’ont jamais réellement été pensée pour convenir aux femmes.
Et pourtant ! Les femmes passent 2,5 fois plus de temps aux toilettes que les hommes. Elles sont donc celles qui ont le plus besoin de toilettes dans l’espace public.

Jusqu’au début du XXIe siècle, les femmes n’avaient que des « petits chalets » pour se soulager d’une envie pressante. En 1981, JC Decaux crée la première sanisette dédiée aux femmes.
Après près de 2000 ans sans grandes considération, les femmes voient enfin des solutions arrivées comme les urinoirs Lapee spécialement conçus pour les femmes. Expérimentée à Toulouse en 2019, cette innovation permet enfin aux femmes de se soulager dans l’espace public en toute sécurité et sans avoir à subir les longues files d’attentes !

Voir la vidéo sur la présentation des urinoirs pour femme

L’ACCÈS AUX TOILETTES, UNE PRIORITÉ ENCORE NÉGLIGÉE

L’ACCÈS AUX TOILETTES, UNE PRIORITÉ ENCORE NÉGLIGÉE

L’ACCÈS AUX TOILETTES, UNE PRIORITÉ ENCORE NÉGLIGÉE

Toilettes en afrique

Chaque année, le 19 novembre, c’est la journée mondiale des toilettes ou « World Toilet Day ». Car l’accès aux toilettes est un problème de santé publique partout dans le monde qui, malheureusement, ne suscite qu’un faible intérêt chez les autorités.

L’objectif de cette journée est de provoquer une prise de conscience en communiquant devenus chiffres alarmants… En effet, selon des enquêtes de l’ONU, plus de 50% de la population mondiale vit sans accès à des installations sanitaires sécurisantes. Pire encore, 2 millions d’enfants meurent chaque année de maladies dues à un problème lié à l’assainissement, selon les chiffres de l’AFA Asso. À ce jour on compte plus de 673 millions de personnes obligées de se soulager en plein air.

En Inde, le gouvernement a lancé en 2014 une campagne nationale nommée « Swachh Bharat », autrement dit « Inde propre ».Des femmes de la région du Jharkhand, à l’est du pays, se sont mises au défi de pouvoir subvenir à un de leurs besoins des plus naturel : construire de vraies toilettes au fond de leur jardin. Avant cela, elles devaient aller dans des forêts afin de pouvoir se soulager la nuit, car c’est un sujet tabou. Elles étaient alors confrontées à des risques comme celui de se faire piquer par des insectes ou de se faire agresser sexuellement.

Toilettes transparentes

Si le projet d’installer des toilettes dans les propriétés vient de se concrétiser en Inde, au pays de soleil levant les projets pour améliorer l’hygiène et la propreté des sanitaires publics ont toujours été un enjeu majeur. Une des dernières inventions concerne la mise en place de toilettes aux parois transparentes. Le concept peut intriguer mais il s’agit en réalité de préserver l’intimité des utilisateurs : lorsqu’un usager souhaite se rendre aux toilettes et qu’il verrouille la porte, la cabine, aux premiers abords translucide, s’opacifie.

Les problématiques liées aux sanitaires diffèrent selon les pays, mais malheureusement l’accès aux toilettes dans le monde reste une problématique majeure. Dans un rapport publié par l’ONU lors de la journée mondiale des toilettes, il est constaté « qu’au rythme actuel des progrès, l’assainissement pour tous ne sera pas une réalité avant le vingt-deuxième siècle » !